LAISSEZ-VOUS CONTER L’HISTOIRE DE L’EGLISE D’EPINAY

Histoire :

La commune d’Epinay est attestée sous les formes de Spinetus vers 1024. Puis Spineit vers 1050 qui devient Epinay (lieu planté d’arbres à épines).

C’est autour de l’église d’Epinay, à partir du 11 et 12e siècle, que va se constituer ce premier village.

A Epinay sur Aubette, l’église, dédiée à la Ste Vierge, était le fief de l’abbaye de St Ouen. Les religieux vendirent leur terre en 1564, mais se réservèrent le droit de présenter à la cure.

Cette église connaîtra de nombreux remaniements jusqu’au 16 et 17e siècle où elle prendra la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Elle a été entièrement refaite à cette époque d’après un devis de l’architecte Jacques Louis GALLOT. Profitant de la réparation de la toiture, on a déplacé le clocher vers l’ouest pour le mettre au-dessus du portail. La porte est précédée d’un porche en bois à claire-voie.

A la Révolution française, la présence de plusieurs colombiers sur le village (Meslay, Epinay, Branville) va déclencher des réactions. En effet, les colombiers étaient perçus par les paysans comme une terrible injustice. Car ils permettaient aux seigneurs de disposer, sans travailler, de viande fraîche; les pigeons se nourrissant sur les terres cultivées par ces paysans. Pour la première fois, un document est signé par les habitants : les cahiers de doléances. La réunion des 50 familles a eu lieu dans l’église d’Epinay. Pierre LEFEVRE devient le premier républicain du village.

Monsieur de BAUDRIBOSC, guillotiné au moment de la convention, sera le dernier seigneur du Meslay. Son château sera démoli. Prudents, les bénédictins de St Ouen se retirent. Ils percevaient tout de même 600 livres de revenus sous forme de bois de chauffage.

L’église a été réhabilitée par les habitants du hameau dans les années 1980.

Mobilier cultuel :

Statue de St Lubin : Le lieu est réputé pour ses pèlerinages, notamment à cause de la statue de Saint Lubin qui possède le pouvoir de guérir les maladies de peau.

Le maître-autel est surmonté d’un retable du XVIIe siècle. Il a été offert par l’abbaye de Saint-Ouen à l’occasion d’un vœu.

La toile centrale représente l’Assomption de la Vierge. Ce tableau a été probablement offert par l’abbaye, lors d’un vœu.

Statue décapitée : Lors de la réfection de la chapelle, on a retrouvé les restes d’une statue « décapitée »  de la Vierge datant du XIIIe ou XIVe siècle. Elle était enterrée dans les soubassements.

Pierre tombale des Seigneurs du Meslay : Sur les hauteurs, les seigneurs du Meslay, essentiellement une dynastie de capitaines de la ville de Rouen, dominent la vallée. Plusieurs seigneurs se font enterrer à Epinay. Un signe est encore présent : à l’intérieur de l’église, sur une pierre tombale, est dessiné un blason supportant deux hermines et trois tours. Cette pierre tombale rappelle l’un des capitaines de la ville de Rouen de la famille du Meslay, seigneurs du lieu.

Ces curés ont officié à Epinay :

  • Au XIIIe siècle,  Radulphe officiait à Epinay.
  • L’abbé MARTEL, curé de la paroisse meurt en 1917 à l’âge de 33 ans.
  • L’Abbé Anicet BILOA EWODO est ordonné prêtre de la paroisse le dimanche 10 septembre 2017 en l’église de Saint-Aubin.

Petites anecdotes à partager :

  • Au moyen âge, une cinquantaine de paroissiens fréquentaient l’église d’Epinay.
  • Au XIIIe siècle, l’abbé de St Ouen se réservait les deux tiers des poires et des pommes cultivées à Epinay.
  • Le colombier distant de quelques mètres de l’église d’Epinay a été construit au XVIIIe siècle. Il faisait partie d’un vaste domaine agricole appartenant à la puissante abbaye de St-Ouen de Rouen. Jusqu’à la Révolution, seuls les seigneurs propriétaires de fiefs ou les établissements religieux avaient le droit de bâtir et de posséder un colombier pour y élever des pigeons afin de  constituer une réserve permanente de viande fraîche, le pigeon étant à l’époque un plat de prédilection pour les tables seigneuriales.
  • Lors de travaux de rénovation de l’église les agents municipaux ont découvert une statue de la  vierge « décapitée » qui est en fait une statue mutilée. Cette statue a très certainement été enfouie à l’époque de la révolution.
  • Le coq de du clocher d’Epinay est un don de Mme VIBERT. Il a été fabriqué à l’ancienne par Yves DEMAYER, meilleur ouvrier de France.

La Journée du Patrimoine du 22 septembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *